Le futur est-il dans le metaverse?

Le metaverse, qui existe depuis 1992, fait soudainement beaucoup parler de lui et prend une place de plus en plus importante dans notre monde, avec de grosses compagnies comme Meta qui y investissent massivement.

Après que Mark Zuckerberg ait changé le nom de Facebook pour Meta, le monde du metaverse est maintenant devenu populaire pour n’importe quelle forme d’activité. Ce concept consiste à avoir des avatars dans une réalité virtuelle qui peuvent faire toutes sortes de choses comme essayer des habits, faire des activités avec d’autres avatars et même des investissement sous forme de maisons ou terrains virtuels. 

Mark Zuckerberg a récemment publié une vidéo présentant le metaverse et vantant toutes ses qualités. Le metaverse sera un endroit où tout le monde peut créer son monde idéal à travers son avatar. En effet, lorsque l’avatar rentre dans le metaverse, il part d’un écran blanc et peut décider ce qui ira dedans. Dans sa vidéo, Zuckerberg montre l’exemple de son avatar rentrant dans le metaverse et sa maison dont les fenêtres donnent sur n’importe quel paysage qu’il choisit. De plus Mark Zuckerberg affirme que le metaverse sera amélioré pour que les sensations soient les plus réelles possible. Avec l’ avancement de la technologie, les gens auront même du mal à différencier le réel du virtuel. Mais est-ce que ces nouvelles technologies auront un effet positif pour nos sociétés?

Des articles de la BBC publiés récemment mettent en garde contre les aspects négatifs du metaverse. Premièrement, des enfants pourraient y entrer sans surveillance de leur parents, laissant potentiellement des enfants se retrouver dans des endroits inappropriés pour un jeune public. La BBC a par exemple publié une vidéo où une rédactrice se connecte dans le metaverse en tant qu’enfant; elle rentre dans un strip club où elle est harcelée… La rédactrice commente “j’avais peur car j’avais vraiment l’impression que c’était en train de se passer”. Facebook avait promis “une sécurité niveau Disney”, dit l’un des commentateurs mais clairement ceci n’est pas le cas. C’est donc inquiétant pour les parents car l’accès au metaverse comme dit Mark Zuckerberg donne la possibilité aux individus de faire ce qu’ils veulent et de créer une vie idéale… mais virtuelle.

De plus, les aspects psychologiques doivent être pris en compte. L’anxiété, la dépression et d’autres maladies mentales peuvent être empirées par la métaverse car les personnes ne sont plus en train de vivre la vie réelle, ni le moment présent. Ce point a été prouvé par plusieurs articles parus dans Psychology Today ou Psychological Sciences, mettant en avant les inquiétudes des experts envers le metaverse car il existe une forte corrélation entre l’utilisation excessive de la réalité virtuelle et certains troubles mentaux. Avec le metaverse, une personne peut passer des journées entières en train de vivre une vie en tant qu’avatar, ainsi perdant progressivement conscience de ce qui se passe vraiment autour de lui/elle.  

Pourtant, ces dangers potentiels ne dissuadent pas les investissements dans le metaverse, qui deviennent de plus en plus importants. Des investisseurs sont actuellement en train de dépenser des milliards dans des propriétés dans le metaverse. Des pièces uniques d’art digital y sont vendues et l’acheteur ne peut qu’y accéder à travers son avatar dans le monde virtuel. Par contre, ces investissements sont décrits comme “très très risquée”, pouvant faire perdre d’énormes sommes d’argent aux investisseurs. Ainsi, comme on peut le voir, et malgré l’engouement qu’il suscite, il y a beaucoup d’aspects négatifs associés au metaverse.

Les célébrités sont aussi en train d’y prendre part comme Justin Bieber ou Ariana Grande, qui font des concerts dans le metaverse où les avatars des fans peuvent y aller en achetant les billets. Le metaverse prend progressivement forme d’un monde, hors du monde réel, où l’on peut vivre une vie parallèle. Cela peut sembler absurde aujourd’hui, mais ce qui est décrit comme une extension des réseaux sociaux pourrait faire partie de nos vies quotidienne dans un futur proche. 

Alessandra Suar