UCL: Démocratie, où te caches-tu?

Par Charlotte Gross

Félicitations à tous ceux qui ont voté Remain au referendum de NUS (National Union of Students) ce mercredi 25 Octobre, vous avez gagné avec une majorité écrasante de 70.56%! Sur papier, ça peut paraître impressionnant de voir que tant d’étudiants se sont mobilisés pour continuer à maintenir les privilèges que la NUS card nous accorde ou pour renforcer un sentiment d’unité entre les établissements du Royaume-Uni. Fantastique. 

Note à part, qui avait entendu parler de ce referendum? En ce qui me concerne, j’ai appris son existence deux jours après le décompte. Et, même si l’union étudiante de UCL (UCLU) a vraiment laissé à désirer en matière de communication autour de la campagne “leave or remain”, on aurait pu naïvement espérer que les résultats fassent l’objet d’un peu plus de publicité, ou au moins (idée en l’air) qu’ils soient clairement affichés sur le site de UCLU. Vérifiez par vous-mêmes. Les seules informations visiblement accessibles sont les discours de campagne de deux étudiants, Sam Sherwood et Jack Kershaw. Pas de jugement de ma part sur ces deux discours (qui sont d’ailleurs bien argumentés et informés) mais ils donnent peut être une mauvaise vue d’ensemble de la situation. Les discours semblent s’adresser à une masse d’élèves impliqués et dévoués à la cause, quelle qu’elle soit, mais récapitulons; 70.56% ont voté remain, 29.44% on voté leave. Attention, ne pas se laisser impressionner par le résultat – le vote a été invalidé. Pourquoi? Parce que seuls 903 élèves ont voté – sur une population étudiante de, combien déjà? Ah oui, 39 473. 

Donc, pourquoi faire une montagne de ce vote qui n’a même pas été pris en compte, vous me direz. Parce que, d’ici début décembre, va se tenir une “Extraordinary general assembly”, qui requiert que 800 étudiants aillent voter en personne (reste à trouver une salle de UCL où l’on puisse faire rentrer tout ce beau monde) pour que les résultats soient cette fois-ci validés. Ce qui reste inquiétant, c’est que UCLU n’a apparement pas décidé de se mobiliser plus en amont pour essayer de récupérer des voix et rattraper le premier vote. D’autant plus que si l’objectif des 800 votes n’est pas atteint le choix de “leave or remain” sera mis directement entre les mains de l’Union et de son comité réduit. Petite précision, on ne risque pas d’être plus informés que ça par rapport aux dates exactes du vote – selon l’arrêté 7 de UCLU, “la notice pour une Assemblée Générale Extraordinaire sera mise sur le site de l’Union au moins cinq jours ouvrés auparavant”. Traduction: il ne nous reste plus qu’à vérifier www.uclu.org tous les jours avant la date encore beaucoup trop approximative, pour être sûrs de pouvoir faire entendre nos voix et faire valoir nos droits entant qu’étudiants, et à ne pas trop compter sur l’Union, qui a dit à Sam Sherwood qu’assez d’efforts avaient été faits, puisqu’un rappel avait été mit au bas d’un ancien email (reste à trouver lequel). 

Petit récapitulatif sur ce que fait la NUS, d’après l’amas de banalités, qui restent le plus vague possible, que j’ai pu trouver sur le site officiel (www.nus.org.uk): la NUS “pousse les étudiants à former le futur du système éducatif – et créer un monde meilleur”. Jusque là, tout va bien, à part peut être que tout ça a pour moi une vague ressemblance au dernier discours de Miss Univers. Passons. “Nous promouvons, défendons, et élargissons les droits des étudions. Nous combattons la discrimination, l’isolement et l’injustice à travers des campagnes et du ciblage d’action. Nous alimentons le pouvoir collectif étudiant à travers une représentation collective et démocratique”: je suis déjà un peu plus gênée par ce passage. Pour commencer, établir des lieux-communs du même style, n’importe qui peut le faire, et il est peut être facile de se laisser happer par un discours qui nous dit exactement ce que l’on voulait entendre – précisément, on veut tous être défendus et représentés par une organisation qui a nos intérêts à coeur. Par contre, peut être que “combattre la discrimination”, c’est un peu difficile pour une organisation qui a pris un peu trop de temps à condamner les remarques antisémites de la présidente du NUS précédente, Malia Bouattia – qui a appelé l’université de Birmingham un “bastion Sioniste” -, ou encore une organisation qui applaudit le discours de Darta Kaleja, une élève de l’université de York, qui a jugé bon d’introduire le Holocaust Memorial Day en précisant en premier lieu que cette journée n’était “pas assez inclusive”. Des étudiants de l’Union Nationale des étudiants Juifs (UJS) ont rédigé une lettre commune à Mme Bouattia pour exprimer un sentiment commun: “Malia, les étudiants Juifs méritent mieux”. Au delà, la NUS ait décidé de supprimer les représentant pour les hommes homosexuels parce qu’ “ils ne font pas face à l’oppression” dans la communauté LGBT. Voila l’organe auquel UCL subventionne à hauteur de £60,000 sur une durée de trois ans, et pourquoi? Pour qu’on nous vende une vision de démocratisation de la vie étudiante, apparement un concept obsolète à présent, et pour qu’on nous assure que nos intérêts sont bien défendus? Sans oublier cette carte NUS qui, concrètement, ne sert à rien d’autre qu’à nous offrir à peu près les mêmes promos étudiantes que notre student ID de UCL, mais avec un petit plus – celle-ci, il faut l’acheter. Ne parlons même pas de l’ironie des formules comme “student-led democracy” qui sont stratégiquement disséminées un peu partout sur la page NUS. De la part d’une union qui revendique la démocratie comme une de ses trois valeurs clefs (ne parlons même pas des deux autres, “égalité” et “collectivisme”), on aurait pu espérer plus au niveau de la représentativité, et surtout au niveau du vote. 

Alors, si comme moi vous vous étiez laissés séduire par le discours pro-démocratique et apparement inclusif que la Student Union s’est empressée de nous servir dès les premiers jours de notre arrivée à UCL, renseignez vous (plus de liens utiles en bas), et n’oubliez pas de VOTER – et de vérifier le site de l’Union pour ne pas rater la date cette fois-ci!

Sources:

(c) Photo de couverture: llm-guide.com

www.nus.org.uk (le site officiel de la NUS)

https://studentsunionucl.org/sites/uclu.org/files/u3832/documents/governing_documents_16_july_2017.pdf (règlement intérieur de UCLU)

http://studentsunionucl.org/make-change/make-your-voice-heard/referendum-on-membership-of-national-union-of-students (les positions des deux camps)

https://thetab.com/uk/london/2017/10/26/ucl-students-vote-to-remain-a-member-of-nus-30904 (un article de The Tab, essentiel pour comprendre le débat autour de ce référendum)

http://www.pinknews.co.uk/2016/03/25/stonewall-criticises-nus-for-resolution-to-do-away-with-gay-mens-reps/ (un article sur la décision de la NUS sur la suppression des représentants des hommes homosexuels)

http://www.independent.co.uk/student/news/nus-delegates-criticised-by-mps-after-arguing-against-holocaust-memorial-day-commemoration-a6994356.html (un article sur le discours sur le Holocaust Memorial Day)

https://thetab.com/uk/2016/09/20/malia-bouattia-created-one-rule-jews-another-everyone-else-20285 (un article qui inclut des extraits de la lettre des étudiants juifs à Malia Bouattia)

http://www.independent.co.uk/news/education/nus-president-malia-bouattia-anti-semitism-parliament-home-affairs-select-committee-israel-a7363591.html (quelques exemples de commentaires antisémites de Malia Bouattia)