Cowboy vs Sheriff: Superbowl 50

Par Jeremie Gaudez 

Plus qu’une semaine avant l’un des plus gros évènements du monde sportif américain, le superbowl ! Cette 50ème édition sera d’ailleurs exclusivement diffusée le dimanche 7 février au Mully’s bar que l’équipe de football américain a réservé pour l’occasion ; les festivités commenceront à 19h, coup d’envoi. Mais qu’est-ce que le Superbowl ? Qu’est-ce qui rend cette 50ème édition spéciale ? A quoi pourra-t-on s’attendre cette année ? Pour vous y préparer, voici un avant-goût de cet évènement unique.

Le Superbowl : un marché

            Le Superbowl est certes une célébration du football américain, mais c’est avant tout un marché. La NFL une entreprise au chiffre d’affaire colossal et pour plusieurs raisons. D’abord, la saison de football régulière ne dure que 4 mois (5½ avec les playoffs), ce qui donne le temps de faire monter le suspense, la « hype », et de mobiliser les spectateurs. C’est la même chose pour le Superbowl, précédé de 2 semaines de pauses dont une dédiée aux interviews et surtout aux sponsors qui montent diverses attractions autour de la ville accueillant le match : San Francisco cette année. Ces deux semaines sont entrecoupées d’un match presque sans saveur, le Pro Bowl, sorte d’All-Star amical auquel de nombreux joueurs refusent de participer de peur d’être blessé. Un peu comme regarder l’équipe de France jouer en amical, en quelque sorte.

            Tout est fait pour que l’audimat s’impatiente, s’excite et ainsi augmenter l’audience télévisée ; et qui dit télévision dit publicité. Vu l’importante proportion américaine regardant l’évènement (114 millions l’année dernière sans compter les groupes, i.e. l’audience dans les bars…) la NFL vend très cher ses spots publicitaires : presque 5$ millions pour un spot de 30 secondes. Le Superbowl représente un potentiel formidable, sans oublier le concert à la mi-temps assuré par Coldplay cette année, une façon d’attirer encore plus de fans.

Le Superbowl : un match unique

            Il ne faut cependant pas l’oublier : le Superbowl est aussi une prestation sportive. Les deux meilleures équipes vont s’affronter dans un duel épique et acharné pour s’emparer du trophée Vince Lombardi, couronnant la maîtrise d’une seule équipes dans ce sport intense.

            Ces deux équipes sont les championnes respectives de leurs conférences. La NFL est divisée en 2 parties : l’American Football Conference (AFC) et la National Football Conference (NFC). Le Superbowl rassemble les équipes championnes respectives des playoffs de leurs conférences. Cette année, il s’agit des Denver Broncos qui représentent l’AFC et des Carolina Panthers du côté de la NFC.

AFC : Les Broncos et leur sheriff

            Les Broncos sont souvent arrivés au Supebowl mais ont rarement brillés : 2 victoire pour 6 apparitions, la dernière étant une humiliation subie il y 2 ans face aux Seattle Seahawks 43-8. Ils étaient déjà menés par Peyton Manning, le « sheriff ». Cet excellent quarterback a quasiment battu tous les records de saison régulière (nombre de touchdowns, de yards à la passe,…) mais n’a gagné qu’une seule fois le Superbowl pour 2 défaites ! Ce pourrait aussi être le dernier match de l’homme de 39 ans qui souhaiterait finir sur cette ultime victoire. Comme il l’a suggéré, « this could be my last rodeo » (ce pourrait être mon dernier rodéo).

20141009__10TCSBRO-1_500

            Malgré ses records, Manning se fait vieux. Le joueur est toujours le stratège qui lui permet de percer les défenses adverses, mais n’a plus la force requise pour jouer. Ses passes sont molles, lentes et même les journalistes se moquent des spirales approximatives que prend la balle lors de ses passes. L’attaque des Broncos passe d’abord par la course (donner la balle à un coureur, le « running back » qui progresse vers la zone d’en-but adverse) qui n’est pas très efficace, les coureurs et leurs bloqueurs (« offensive linemen », chargés de bloquer les défenseurs adverses) étant assez moyens. Lors de la finale AFC, l’attaque n’a gagné que 244 yards dont 99 au sol (à la course).

            Non, cette année la grande force des Broncos est leur défense, l’une des meilleures du championnat. Elle harasse constamment le quaterback adverse grâce à leurs « pass-rushers », notamment DeMarcus Ware et Von Miller, ce dernier ayant taclé Tom Brady (le quarterback des New England Patriots) 3 fois avant qu’il ne passe (ce type de tacle s’appelle un « sack ») et ayant intercepté une de ses passes. Mais le quarterback des Pathers est beaucoup plus mobile ; un duel fascinant s’annonce entre les deux hommes.

NFC : Cam Newton, cowboy des Carolina Panthers

            Les Panthers ont réalisé une saison incroyable. Ayant fini la saison précédente avec 9 victoires pour 7 défaites, l’équipe a déjoué tous les pronostics pour arriver au Superbowl avec…une seule défaite ! L’équipe a pu compter sur sa défense composée d’excellents pass rushers comme Charles Johnson, Jared Allen ou encore sur 2 des meilleurs joueurs défensifs du moment : Luke Kuechly, ayant déjà 2 interceptions lors des deux derniers matchs, et Josh Norman, probablement l’un des favoris pour être nommé défenseur de l’année. Toutefois, la défense a une tendance à baisser le rythme en seconde période (24 points concédés en seconde période contre les Seattle Seahawks lors des demi-finales de NFC).

Generated by  IJG JPEG Library

            Mais surtout, ils ont pu s’appuyer sur leur jeune quarterback arrivant à maturié : Cam Newton. Ce grand joueur (6 pieds 5 pouces, 1.95m) s’est sublimé cette saison. Etant capable de réaliser de sublimes passes aussi bien que de courir (rare pour un quarterback), il est le favori pour MVP cette année. Malgré la perte de son meilleur receveur, il a guidé son équipe jusqu’ici avec de receveurs de piètre qualité. De surcroit, leur attaque au sol est excellente ; en plus de disposer de Cam Newton, leur coureur, Jonathan Stewart, est fiable.

            L’équipe n’a cependant jamais gagné de Superbowl et n’y a participé qu’une seule fois.

Le match

            Les deux équipes vont favoriser l’attaque au sol, mais pas pour les mêmes raisons : Denver car Manning n’a plus la force de briser la défense à la passe excellente des Panthers, parce que c’est la philosophie de leur entraîneur et pour essayer de garder un temps de possession de balle supérieur ; Carolina parce que c’est leur point fort (surtout avec Newton à leur disposition) mais aussi parce que la défense contre la passe des Broncos est terrifiante. A ce jeu, c’est Carolina qui est plus fort, et ce n’est qu’une question de temps avant que Manning se mette à passer. Après, qui sait, la possibilité de finir sur une victoire va le motiver et il n’est pas détenteur de tous ces records pour rien. De plus il a joué avec brio contre les New England Patriots, marquant deux touchdowns, et ses receveurs sont parmi les meilleurs de la NFL.

Mon pronostic : une victoire des Panthers  23-17.